Une définition de la permathérapie, pour une santé écoresponsable

Découvrez la définition de la Permathérapie, alliant la sagesse des approches traditionnelles à des pratiques de soins innovantes pour une approche holistique et durable de la santé. Dans un monde en quête de solutions intégratives et respectueuses de l’environnement, la Permathérapie se présente comme une philosophie de soin unique, offrant bien plus qu’un traitement des symptômes. Elle propose une vision globale de la santé, embrassant le corps, l’esprit, la communauté et l’environnement dans son ensemble.

La Permathérapie offre une approche holistique et durable de la santé. Elle intègre des principes écologiques et une conscience du vivant, répondant ainsi aux défis du changement climatique et à la nécessité de préservation du milieu naturel.

Les origines de la Permathérapie : quelques mots sur la permaculture

La permaculture est une une philosophie de vie où animaux, insectes, êtres humains, plantes et micro-organismes vivent en harmonie dans un environnement sain et auto-suffisant.

Permaculture Design

Pour comprendre pleinement la définition de la Permathérapie, il est essentiel de retracer ses racines. La Permaculture est une philosophie de vie cherchant à atteindre l’harmonie entre l’homme et son environnement. Elle valorise un équilibre biologique et écosystémique où les espèces vivantes coexistent en harmonie dans leur milieu naturel.

Cette discipline trouve son origine chez un agriculteur japonais, Masanobu Fukuoka (1913 – 2008), avant d’être repris et théorisé, entre autre, par deux australiens, Bill Mollison (1928 – 2016) et David Holmgren (1955 -).

Au commencement, en posant les premières bases de la Permaculture, M. Fukuoka, microbiologiste converti à l’agriculture, s’engage pleinement dans la recherche d’un état d’harmonie avec son environnement. Dans la culture japonaise, cette intention est profondément ancrée. M. Fukuoka constate que l’agriculture, telle qu’elle est pratiquée, a totalement rompu ce lien avec la nature et ses cycles. Il se lance alors dans l’élaboration de ce qu’il nomme l’agriculture du non-agir. Il soutient que la nature peut se préserver sans notre intervention.

De cette démarche, plusieurs courants ont vu le jour, dont certains très spirituels. En Australie, John Holmgren et Bill Mollison ont, dans la filiation de Fukuoka, conceptualisé et diffusé la Permaculture.

Harmonie et respect

La Permaculture s’appuie sur le respect et l’harmonie avec la nature, où chaque élément cohabite et se soutient mutuellement. Cette vision riche et empreinte de bon sens peut en réalité être appliquée à tous les aspects de notre vie.

La Permathérapie s’inspire de ces principes de respect et d’harmonie avec la nature, appliquant ces concepts à une philosophie de soin unique.

Une des particularités de la Permaculture, c’est qu’elle ne propose pas nécessairement d’outils originaux ou novateurs. Ce qui prime, c’est l’état d’esprit avec lequel nous mettons en place cet outil.

Evidemment, lorsque nous parlons de Permaculture, nous pensons rapidement aux cultures en buttes, aux haies de bois mort, etc. Ces éléments sont devenus des symboles de la Permaculture. Mais ils n’ont rien d’innovant en soi. La différence se fait dans le choix et la mise en place, en fonction du contexte et de l’usage.

Designer son espace

Prenons l’exemple d’un jardinier qui souhaite appliquer les principes de la permaculture dans son espace. Plutôt que de se focaliser uniquement sur les éléments individuels, il commence par observer et interagir avec son environnement. Il tient compte du climat, du sol, de la faune, de ses intentions… Mais aussi de la façon dont il se sent sur son terrain. Ces observations l’aident à comprendre les dynamiques naturelles qui se jouent dans son jardin.

L’agencement des éléments est essentiel. Notre jardinier peut décider de placer certaines plantes près d’une butte pour profiter de l’humidité retenue, tandis que d’autres, préférant un sol plus sec, seront plantées sur sa hauteur. Il peut également intégrer un système de récupération d’eau de pluie pour irriguer durablement le jardin. La mise en place de haies de bois mort, par exemple, n’est pas uniquement une décision esthétique ou écologique, mais une stratégie pour attirer et abriter des insectes utiles et des oiseaux qui réguleront naturellement les populations de ravageurs.

Toutes ces données vont aider à établir le Design en Permaculture.

Choisir le bon outils

Dans cet exemple, ce ne sont pas tant les techniques individuelles qui comptent, mais plutôt la façon dont elles sont intégrées dans un système cohérent et adapté au contexte spécifique du jardin. C’est cette approche systémique, attentive et réfléchie, qui caractérise la Permaculture et la rend si efficace.

La Permathérapie s’inscrit dans cet état d’esprit. C’est le contexte d’utilisation d’une technique ou d’un outil, l’environnement de mise en place, et l’ensemble du soin qui priment. L’ensemble du soin mis en place doit être en cohérence avec un objectif d’autonomie de la personne.

L’outil n’a de sens que s’il découle d’une réflexion, d’une analyse globale d’une situation individuelle, et non pas d’une préconisation ou d’une indication standard ne tenant compte ni des spécificités de la personne, ni de ses contextes.

Que signifie le mot permathérapie ?

Le terme “Permathérapie” combine “permanence” et “thérapie”, offrant une définition qui souligne l’approche durable et holistique. Il intègre la préservation de l’environnement. C’est une réponse proactive au changement climatique et à l’érosion de la biodiversité.

Il peut être interprété comme la Thérapie de la Permanence ou la Thérapie PERMA.

Thérapie de la Permanence

La Thérapie de la Permanence fait référence à l’approche globale et holistique de la Permathérapie, qui s’inspire des principes de la Permaculture. Elle met l’accent sur la connexion interdépendante entre la personne, la communauté et la nature. La Permathérapie reconnaît la complexité des systèmes biologiques, sociaux et environnementaux. Elle s’engage à long terme envers le bien-être de la personne et la durabilité de son environnement.

Dans cette optique, la Permathérapie vise à comprendre les besoins individuels et à développer des soins personnalisés et durables. Elle encourage l’autonomie, permettant à chacun de prendre en main sa propre santé. Elle aspire à un impact régénératif sur l’environnement. Pour le bien-être de la communauté et de l’écosystème dans son ensemble.

Thérapie PERMA

D’autre part, la Thérapie PERMA est une interprétation basée sur un acronyme développé par M. Seligman, fondateur de la Psychologie Positive. Cet acronyme représente cinq éléments clés pour atteindre le bonheur et donner un sens à sa vie :

  • Positive emotion : émotions positives
  • Engagement : engagement ou expérience optimale
  • Positive Relationships : relations positives, constructives
  • Meaning : sens
  • Accomplishment : accomplissement

En s’inspirant de ce modèle, la Permathérapie l’adapte pour inclure notre environnement dans les soins. Elle encourage à envisager les soins au-delà de la personne, à s’engager activement dans le processus de soins, à valoriser les relations interpersonnelles, à explorer différentes approches médicales, et à chercher un accomplissement personnel.

La démarche de soin en Permathérapie est semblable à la création artistique, reflétant le voyage personnel de la personne tout en étant en harmonie avec ses écosystèmes.

Permathérapie : principes et éthiques

La Permathérapie, tout en allant au-delà d’une simple thérapie holistique, s’inspire des principes fondamentaux de la Permaculture. Elle transpose ces principes, tels que l’observation de la nature, l’utilisation efficace des ressources, et l’intégration de la biodiversité, dans le domaine du soin

Comme la Permaculture, la Permathérapie encourage la responsabilité, l’autonomie et l’harmonie, tout en englobant la communauté et les écosystèmes environnants.

Elles partagent une éthique de respect profond pour tous les êtres vivants, promouvant la préservation de la biodiversité comme fondement d’une santé durable.

Ses Principes

Les principes de la Permathérapie encouragent une interaction consciente avec les systèmes biologiques et écologiques. Elle redonne une valeur à chaque espèce vivante (même bactérienne ou virale).

Parmi les principes de base de la Permathérapie, on retrouve une liste de 22 points que nous aurons l’occasion de détailler plus tard. Ces principes guident la démarche de soin en Permathérapie, allant de l’observation et de l’interaction à la valorisation des ressources, en passant par l’acceptation de nos limites et le respect de l’intégrité de la personne.

La Permathérapie ne vise pas à remplacer les systèmes médicaux conventionnels. Au contraire, elle sert de complément, en se positionnant en amont des interventions médicales, tant dans la prévention que dans le soin. Elle souligne l’importance de l’autonomie, de la durabilité et de l’interdépendance, nous rappelant que notre santé est en partie le reflet de notre mode de vie.

Une santé intégrative

La Permathérapie invite à une réflexion profonde sur notre conception de la santé, la considérant comme une partie intégrante d’un système dynamique, reflétant la définition même de la Permathérapie. Cet écosystème englobe le corps, l’esprit, la société et la nature.

En Permathérapie, chaque choix que nous faisons, que ce soit en termes d’alimentation, de santé, de mode de vie ou d’interactions, a un impact sur cette harmonie délicate. Dans ce voyage vers une santé intégrative, nous sommes à la fois les architectes et les bénéficiaires. Nous sommes, en effet, les créateurs de notre santé.

La Permathérapie se présente ainsi comme une approche philosophique qui regroupe de nombreux concepts et pratiques de soins. Elle ne se substitue pas aux autres concepts existants, comme la médecine conventionnelle, la naturopathie, la médecine chinoise, la médecine ayurvédique ou les réflexologies, mais les complète.

Vers une harmonie plutôt qu’un équilibre statique

La vie n’est pas en équilibre

En disant “la vie n’est pas en équilibre”, mon intention est de vous inviter à élargir votre perspective sur la notion d’équilibre, souvent présentée comme le but ultime, l’idéal d’une santé parfaite.

L’idée d’équilibre en santé, bien que attrayante en surface, a ses limites. En effet, l’équilibre est souvent perçu comme une constante, un état stable que l’organisme cherche à atteindre et à maintenir. Pourtant, la réalité physiologique et même écologique est bien plus dynamique. Le concept d’équilibre statique est un peu restrictif lorsque nous parlons de systèmes aussi complexes que le corps humain ou les écosystèmes.

En rejetant l’idée d’un équilibre statique, la Permathérapie promeut un concept de santé dynamique et adaptable, en parfaite harmonie avec les principes de la permaculture. Face aux désastres écologiques, notre quête de santé doit s’adapter, favorisant l’harmonie avec le milieu naturel et ses habitants.

À l’origine d’un concept

C’est dans cette perspective que le concept d’homéostasie a été développé. Le terme homéostasie, popularisé par Walter Bradford Cannon, doit être compris dans toute sa complexité et sa nuance. Plutôt que de viser un équilibre rigide et statique, l’homéostasie se réfère à la capacité d’un système à réguler son environnement interne pour maintenir des conditions stables, mais non rigides. Cela signifie que le système peut s’adapter aux changements. Les paramètres peuvent varier dans certaines limites sans compromettre la fonction du système.

Dans la santé humaine, cette distinction est cruciale. Par exemple, la température du corps humain n’est pas constamment à 37°C ; elle varie au cours de la journée, en fonction de l’activité physique, de la température externe, etc. Ce qui est important, c’est que ces fluctuations restent dans une plage tolérable permettant le bon fonctionnement des systèmes biologiques. Des paramètres tels que le taux de sucre sanguin ou la pression artérielle ne sont pas rigides. Ils doivent rester dans une certaine plage pour être considérés comme sains.

Lorsque Claude Bernard parle de “maintenir l’unité des conditions de vie dans le milieu intérieur”, il pointe vers cette notion plus dynamique de la régulation. On pourrait même dire que le mot “unité” évoque une certaine flexibilité intégrée plutôt qu’un équilibre strict.

À propos de l’homéostasie

L’homéostasie est souvent mal comprise car elle est détournée de son contexte initial. Elle est appliquée à des systèmes et des échelles pour lesquels elle n’a pas été conçue à l’origine. En écologie ou en sociologie, l’idée d’une autorégulation peut être beaucoup plus complexe que ce que l’homéostasie laisse entendre. Prenons un écosystème forestier : au fil des saisons, il traverse des phases de croissance, de maturation et de déclin. Les espèces végétales, fongiques et animales s’adaptent constamment à ces changements, et l’écosystème dans son ensemble évolue en fonction des conditions extérieures, comme le climat ou les interactions avec d’autres écosystèmes. Chaque composant s’adapte et réagit aux changements, contribuant à la résilience et à la vitalité de l’ensemble.

Henri Laborit, dans Biologie et structure, propose une vision encore plus élargie, soulignant que le but d’un organisme est de maintenir sa structure complexe dans un environnement moins complexe. Cela va au-delà de la simple idée de maintenir certains paramètres physiologiques dans une plage acceptable. Il s’agit également de maintenir la complexité et l’intégrité de l’ensemble du système, ce qui nécessite des adaptations et des changements continus.

L’accordage

Comme un instrument de musique qui doit être accordé avec les instruments qui l’accompagnent et en fonction de l’acoustique ambiante, notre santé aussi doit être accordée.

La santé ne devrait pas être perçue comme la recherche d’un équilibre, même dynamique. Mais comme un état d’accordage prenant en compte les diverses dimensions de l’être humain et son interaction avec son environnement. Notre corps s’épanouit lorsqu’il s’accorde bien avec son environnement, tout comme un instrument de musique.

Nous reconnaissons ici la nécessité d’une approche intégrée de la santé, qui ne se concentre pas uniquement sur la normalisation des valeurs physiologiques. Il s’agit d’une santé qui prend en compte l’individualité de chaque personne, son contexte, ses expériences et ses vécus. La santé, dans cette optique, devient un concept plus fluide et réactif, capable de s’adapter aux variations internes et externes constantes, et disposé à évoluer avec elles.

Chaque élément influence et se fait influencer par l’autre, et c’est dans cet échange continu que se manifeste l’accord parfait. La santé est l’art de maintenir cet accordage harmonieux au fil des symphonies de la vie. Elle est un accordage avec les rythmes écologiques et biologiques du monde vivant, reflétant la complexité de la nature elle-même.

La permathérapie : permaculture de votre santé

Prenons un exemple pour illustrer la façon de gérer le Terrain des personnes en permathérapie. En permathérapie, nous allons s’inspirer de la forêt. Nous travaillons à recréer un Terrain fertile qui s’améliorera au fil du temps.

  • On nourrit le sol (en apportant du compost par exemple), et c’est le terrain qui nourrit la plante > C’est la place de l’alimentation.
  • Pas de labour du sol car il détruit la faune qui a besoin d’oxygène en surface > La désinfection à outrance affaiblie le système immunitaire
  • Fini les engrais de synthèses qui polluent les nappes phréatiques et détruisent l’humus > La phytothérapie et les huiles essentielles en particuliers sont biens plus puissantes qu’on ne le pense souvent.
  • On ne laisse pas le sol à nu, on le couvre avec de la matière organique qui le protège du soleil, de la pluie et du vent, et l’agrade progressivement > L’utilisation appropriée de plantes et certains massages bien indiqués favorisent l’harmonisation du Terrain pour une santé optimale.

Dans un écosystème naturel, il existe une multitude d’interactions entre les différents éléments qui le composent. Sans les insectes pollinisateurs, les fleurs ne donnent pas de fruits.

En Permathérapie, nous concevons nos espaces de vie comme un écosystème. Cela permet de renforcer le lien entre l’être humain et ses rythmes naturels, favorisant un environnement vivant et résilient. Choisir des outils et méthodes écologiques signifie opter pour des solutions qui respectent et enrichissent le milieu naturel et les espèces vivantes qui y cohabitent.

Nous cherchons donc à utiliser les approches les plus adaptées pour qu’elles s’intègrent dans le quotidien de la personne.

Exemple de principe de permaculture appliqué à le permathérapie

Un des principes de la permathérapie nous dit qu’une fonction s’appuie sur plusieurs éléments, et qu’un élément remplit plusieurs fonctions.

Prenons par exemple le vinaigre, un élément courant que nous utilisons souvent pour assaisonner nos aliments. Selon le principe de la permathérapie, cet élément ne se limite pas à une seule fonction. En plus de sa capacité à rehausser la saveur de nos plats. En y ajoutant certaines plantes médicinales, il peut également être utilisé pour remplir la fonction de stimulateur de l’immunité. C’est ce que l’on appelle le vinaigre thérapeutique. Ce type de vinaigre peut aider à accorder notre système immunitaire.

Notre culture nous prédispose à compter sur la prédation et sur la compétition plus que sur la coopération et la symbiose, dans la nature comme dans la société.

David Holmgren

Plus qu’un simple technique

Nous voyons que la définition de la Permathérapie dépasse celle d’une simple technique. C’est une philosophie de soin qui offre une nouvelle perspective sur la santé. Comme la permaculture, la permathérapie est une approche globale et systémique de la santé. Son objectif est de développer un système de soins dans une logique de médecine intégrative. Bien que cette première définition puisse paraître abstraite et complexe, elle est en réalité plutôt simple. En d’autres termes, c’est une méthode de soins qui explore diverses solutions pour le bien-être de tous, avec pour but de rendre chacun autonome en matière de santé.

La Permathérapie ne soigne pas des symptômes ou des maladies. Au lieu de cela, elle offre une vue spécifique et globale de la santé de chaque personne. Elle propose un accompagnement qui comprend des soins pour aider chacun à vivre en bonne santé, en considérant à la fois le corps, l’esprit, la communauté et l’environnement. Nous approfondirons ces aspects plus en détail ultérieurement.

La permathérapie est un approche de soin holistique, intégrative et écologique. Elle vise à recréer un écosystème humain, où grâce à un processus appelé « Design Personnel». Nous optimisons les interactions entre tous les éléments pour minimiser autant que possible les interventions extérieures.

Un écosystème humain harmonisé est plus résilient, capables d’absorber des chocs, les infections et autre sources de perturbations de la santé.

Laisser un commentaire

Aller au contenu principal